en La Presse en parle

C’est La Poste, en Normandie, que Stéphanie Poix commence sa carrière.

Après 12 années en tant que cadre supérieure, elle choisit de démissionner. Non sur un coup de tête, mais avec une idée qui mûrit depuis un petit moment: « Je voyais que les entreprises avaient parfois du mal à préparer et acheminer des colis pour leurs clients. C’était la possibilité d’un nouveau business. »

Elle décide donc de quitter la Normandie et de revenir dans es Ardennes natales, car pour elle, il était inconcevable de créer son entreprise ailleurs. « L’activité a débuté en 2006 à Poix-Terron, dans la pépinière des Crêtes Préardennaises avec cinq employés. Pour moi, il était naturel de revenir dans les Ardennes et d’essayer de faire marcher le tissu économique local. Pourquoi chercher à l’extérieur les compétences qu’on a sous la main ? En plus, travailler localement permet une meilleure réactivité. Et vous savez, on peut aussi travailler sérieusement tout en se connaissant! »

Sérieuse, efficace et réactive: ces trois qualités lui ont permis de gérer sa boîte avec « la touche féminine », comme elle le dit elle-même.

Il faut avouer que la branche est largement dominée par les hommes puisqu’en France, « nous ne sommes que trois femmes chefs d’une entreprise de logistique. » Et l’une d’elles est Ardennaise !

Qui a dit qu’il s’agissait d’une contrainte ?

Au contraire, pour Stéphanie Poix, c’est un atout qu’il faut valoriser pour se démarquer de la concurrence et donner une autre image de la profession. « Il faut toujours innover, anticiper, être plus rapide que les autres. » De ce côté, pas de problème: pour toute commande passée avant 17h, ACR garantit la livraison le lendemain avant 13h et ce, partout en France. Flexible, la petite structure sait s’adapter aux demandes spécifiques. De plus, à la différence d’autres entreprises du même secteur d’activité, ACT fonctionne toute l’année. Et pour satisfaire au mieux ses clients, la boîte ardennaise met le paquet sur les services personnalisés: traçabilité de la commande, alerte SMS ou mail lors de la livraison, prise de rendez-vous et gestion totale du service après-vente. Autre idée pour se démarquer, tous les cartons sont blanc et non en kraft: « Lorsque le client reçoit son colis, il est propre, original, personnalisé, tout en étant respectueux de l’environnement. »

 

Un chiffre d’affaire en croissance

ACR intervient sur des créneaux où la plupart des entreprises externalisent, préfèrent se concentrer sur leur coeur de métier. « Il peut s’agir d’envois de cadeaux d’entreprise, d’agendas, de calendriers, ou d’opérations de marketing. en fait, on est là où les autres ne sont pas, sur des préparations manuelles, car tout ne peut pas être automatisé. »

Avec le développement de la vente par correspondance et l’essor des achats sur internet, l’activité s’envole, si bien que l’année dernière, Stéphanie Poix a emménagé dans des locaux plus adaptés. « J’ai eu la chance de trouver un partenaire bancaire, la Caisse d’Epargne, sans qui je n’aurais pas pu acheter. Ils sont par la suite devenus un de nos clients: nous sommes chargés des commandes d’agendas et de calendriers pour toutes les agences des régions Lorraine et Champagne-Ardenne. » La différence avec Stéphanie, c’est qu’elle a su créer un esprit familial dans une entreprise à dimension humaine.

Cela passe notamment par une absolue confiance en ses employés:

« Les huit salariés actuels d’ACR sont en CDI. Tous ceux qui ont commencé en CDD et qui sont restés ont été embauchés sur le long terme. Ils ont besoin de moi et j’ai besoin d’eux. c’est aussi simple que ça. »

Stéphanie sait que son entreprise a du potentiel. Néanmoins, elle n’a jamais cherché à brûler les étapes, mais préfère au contraire avancer sereinement: « On ne s’oriente pas vers le développement de masse, c’est pourquoi on privilégie un petit nombre de clients mais qui nous confient de plus en plus de prestations. Nous avons ce luxe que nous pouvons nous permettre de les choisir. D’ailleurs, je limite à deux nouveaux par an, pour garantir la qualité du service. »

Exigeante ? Un peu quand même: « Lorsqu’un client passe une commande par internet, il paye d’avance.

Il s’attend donc à une prestation de qualité de nous nous devons d’être à la hauteur. » Dans sa manière de manager, il n’y a pas de place à l’amateurisme: « On ne s’improvise pas logisticien, c’est tout un métier », insiste la patronne. Grâce à cette gestion consciencieuse, le chiffre d’affaires d’ACR est en progression. Tout en ayant conservé la plupart de ses clients historiques: « Pour nous, c’est autant une marque de confiance que de satisfaction. »

Alors, carton plein pour ACT. « L’activité marche bien, c’est vrai, mais hors de question de rester sur nos acquis: on est constamment à la recherche de performance. De toute manière, plus il y a de défis, plus j’adore ! »

 

Le Conseil Général agit

Lors de la création de l’entreprise en 2006, le Conseil Général a soutenu Ardennes Copacking Routage grâce à une première aide de 8 000€. Cinq emplois avaient alors été créés. Une deuxième subvention de 3 135€ lui a été accordée en 2008, permettant notamment la création de deux emplois supplémentaires. enfin, ACR a aussi bénéficié d’une aide de 3 000€ dans le cadre du diagnostic GEODE.

 

Source: Magazine Les Ardennes en marche

Articles récents

Laisser un commentaire

la soirée des étoiles - ACR